Pourquoi cette année je n’adopterai pas de licorne ?

La blague de la licorne

Juste avant les fêtes, qui n’est pas tombé sur cette blague désopilante ou l’une de ses déclinaisons ? Et pourtant, cela reflète si souvent notre réalité !!

Et maintenant, entre Noël et le jour de l’an, nous arrivons tout juste à ce grand moment de l’année, (du changement d’année en fait), qui implique par chez nous le moment des bonnes résolutions….

Et quoi de pire que tous les ans, prendre des résolutions qui ne tiennent pas plus que la fin du mois de janvier… Et oui, nous sommes nombreux(ses) tous les ans à la même époque à adopter des licornes ; licornes qui finiront abandonnées sur le bord de l’autoroute avant le début des vacances de février !

Alors que faire ? Comment changer les choses cette année ? Je vous propose de partager mes astuces pour aller au bout de nos bonnes résolutions (celles du nouvel an et toutes les autres !) ; c’est aussi pour moi l’occasion de participer à un nouvel événement inter-blogueurs proposé par Olivier du blog Devenez Meilleur, sur le thème ; “Votre meilleure astuce pour appliquer vos bonnes résolutions”. N’hésitez pas à aller consulter son blog, que j’apprécie beaucoup, en commençant notamment par un de mes articles préférés sur le sujet du changement de ses habitudes et surtout, si mon article vous a plu, pensez à aller voter pour lui en cliquant ICI !

Donc, revenons à nos licornes, nos résolutions et aux mécanismes de la réussite de leur application :

1. Le pourquoi

La première question à se poser, est « pourquoi, pour qui je prends cette résolution ? »

La réponse doit être : « Pour moi ! » En effet, nous savons aujourd’hui que notre cerveau ne fonctionne de façon optimale que si la motivation est intrinsèque, donc propre à chacun. Une résolution prise pour les autres, ou à contrecœur a de forte chance d’être une licorne supplémentaire dans notre haras ! Alors prenons des résolutions qui nous motivent réellement, qui ont de l’importance pour nous !

2. Réaliste et réalisable

La seconde question est bien sûr, est-ce réalisable, ou réaliste, comme vous voulez. Tout d’abord, est-ce que cette résolution n’engage que moi, ou bien est-ce que je suis dépendant d’autres facteurs (humains ou matériels) pour la réalisation de mon objectif ? Si la réalisation de notre objectif dépend de trop de facteurs externes à nous-même, c’est comme prendre des engagements pour les autres. Il est peu probable que notre objectif soit atteint par un tiers.

De plus, il semblerait, que d’introduire plus de deux changements simultanés ne permette pas à notre cerveau de suivre et que le risque d’abandon soit beaucoup plus élevé. Donc, inutile de prendre un grand nombre de résolutions, le mieux est certainement d’attendre d’avoir atteint un de ses objectifs avant d’en rajouter un nouveau.

3. Les étapes du projet

Ensuite, a-t-on la possibilité de se définir des sous objectifs, peut être scinder notre grande résolution (The Big Plan) en plus petites résolutions plus faciles à atteindre et tenir. Faire des petits pas : avant de savoir monter des escaliers, nous avons appris à nous tenir debout, puis à marcher. Il en va de même pour nos résolutions ; quelles sont les sous-étapes que nous devons franchir pour atteindre notre but ultime ?

4. Mesurabilité et limite temporelle

Notre cerveau a besoin de voir que nous progressons pour continuer à se motiver. Sinon, c’est comme utiliser un escalator à l’envers, nous utilisons beaucoup plus d’énergie pour avancer pour deux raisons, la première, est que « l’univers » (ici l’escalator) va à contre sens, et surtout, parce que notre cerveau le voit, notre corps le ressent. Notre cerveau s’épuise à essayer de mettre du sens dans nos actions et à donc plus de mal à se concentrer sur l’accomplissement de l’objectif en lui-même.

De plus, il faut entre 21 et 30 jours de répétition quotidienne pour que ce que nous entreprenons devienne une habitude, il serait donc logique quand on opère un changement de se donner ce laps de temps pour voir les effets ou les résultats, or souvent, nous abandonnons bien avant.


J’ai par exemple pris une résolution très peu réaliste récemment et qui a failli me coûter la perte de toute ma motivation : Mon défi désencombrement!

Heureusement, au moment où je craquais totalement, j’ai pris le temps de faire un point, de regarder d’où j’étais partie, et où j’étais arrivée. Alors oui, je n’étais pas du tout là où je l’avais escompté trois mois plus tôt, mais le chemin parcouru m’a tout de même rassurée. Cela m’a permis de reprendre des forces pour reformuler mes objectifs, et mes attentes par rapport à moi-même ! Grace à un nouveau défi.

Licorne Alise

Cette année, je vais donc continuer à avancer sur mon nouveau chemin, et je ne serai pas accompagnée d’une licorne.

Je ne prendrai pas de résolutions ou d’engagements totalement irréalistes, ni pour moi, ni pour les autres.

Je célèbrerai mes réussites plutôt que de rester bloquée par mes échecs.

Et vous, quelles sont les résolutions que vous avez tenues cette année ?

Si mon article vous a plu, n’hésitez pas à le partager!

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    2
    Partages
  • 2
  •  
  •  

2 réflexions au sujet de « Pourquoi cette année je n’adopterai pas de licorne ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *